Pour leur premier enfant, les nouveaux mariés espèrent un garçon : c’est moi, Christiane, qui viens contrarier leurs espoirs. Deux ans plus tard, naît Rolande, ma petite sœur adorée. J’ai cinq ans lorsque, en pleine guerre, faute de vaccin disponible, Rolande est emportée par la diphtérie. Cela restera le plus gros drame de ma vie. Vivant une enfance ballottée au gré des affectations de mon père, pilote dans l’aéronavale, je fréquente les écoles et et collèges d’Algérie, d’Occitanie, de Bretagne, de Madagascar. Devenue institutrice, je débute en coopération en Algérie et obtiens ensuite un détachement en Nouvelle-Calédonie, à Djibouti puis en Polynésie, séjours entrecoupés d’affectations en Val de Marne, Lot-et-Garonne, Meurthe et Moselle …avant de prendre ma retraite à Montauban.
« Une mèche de cheveux » à paraître en novembre 2019 aux Éditions De Borée décrit, avec un réalisme sans concession, son enfance et son adolescence au sein d’une famille meurtrie par la disparition prématurée, en 1944, de sa sœur cadette Rolande dont ne subsistera concrètement qu’une mèche de cheveux fixée dans le coin d’une photo suspendue par sa maman au-dessus de la tête de lit parentale