Colette Berthes a étudié à Paris à l’école des Langues Orientales (arabe, polynésien ), à la Sorbonne (anglais) et au centre de Formation des Journalistes.
Depuis 1968, elle voyage et séjourne au Proche et Moyen Orient ainsi qu’à Paris.
Elle a exercé divers métiers, de la Poste et des Télécoms à la formation , en passant par l’insertion socio -professionnelle de personnes en difficulté et des réfugiés, l’animation, le théâtre …enfin, l’écriture;
Engagée dans le militantisme associatif , participant à la création d’un Centre d’accueil pour demandeurs d’asile à Monclar de Quercy ainsi qu’aux associations « Lutte pour la Justice » qui milite pour l’abolition de la peine de mort aux Etats-Unis, « défense des droits du peuple palestinien », « MER 82 » ( Mémoire de l’Espagne Républicaine).
Elle a écrit dans diverses revues sur ces sujets ainsi que sur la situation au Proche Orient et elle est correspondante locale du journal La Dépêche du Midi.
Écrire est devenu son nouveau métier. En tant qu’auteur, ses sujets sont très diversifiés, ils s’articulent d’une part autour de son pays , Bas Quercy et région toulousaine ,et d’autre part autour de ses divers engagements et voyages.
Ouvrages publiés :2008 « La mémoire des chemins »
                             2011 « Le rossignol chante la nuit »
                             2011 « L’exil et les barbelés »
                              2012 « Les amants de Borde rouge »
                              2013 « Guide secret de Toulouse »
                              2013 « La machine à tuer »